...

L'UFAR

Le mot du Président

Alain-Hugues DAVID

Président National UFAR

Depuis le dernier numéro des Echos de l’UFAR que nous avions fait renaitre de ses cendres en 2017, j’ai bien conscience qu’un laps de temps trop important s’est écoulé. Ce n’est pas pour autant que l’UFAR est restée sclérosée et  immobile. Bien au contraire, comme vous pourrez vous en rendre compte dans les pages qui suivent.
Et comme le dit Alain BOUTARIC, notre Secrétaire général, l’UFAR a mouillé et mouille le maillot pour défendre la pratique du Rugby Loisir qui est l’essence même de notre objet social.

L’UFAR vit avec son temps .
Des équipes de jeu à 5  ainsi que des féminines, nous ont rejoint. Elles sont encore trop peu nombreuses à mon gout, mais le changement est en marche.

L’UFAR se modernise.
En utilisant les nouveaux moyens de communication et les réseaux sociaux.
Depuis 3 ans, notre bureau national et notre Conseil d’administration se réunissent régulièrement via des call-conférences, dernièrement des visio.  Cela nous permet d’être plus réactifs et pro-actifs. Et d’échanger plus souvent, sans avoir à traverser la France.
Nous disposons d’un site internet, avons ouvert une page Facebook et sommes sur Instagram. (voir en pied de page)

L’UFAR est représentative de la pratique loisir.
Avec 25 à 30% des licenciés RLO—chiffres FFR– nous sommes représentatifs de la pratique du Rugby Loisir en France !!! A force de travail et d’être force de propositions constructives (voir article demandes de modifications des RG de la FFR en page 6) , nous sommes régulièrement consultés et participons à des groupes de travail. Notre avis compte comme en janvier dernier où une délégation de l’UFAR s’est rendue à la demande de la FFR à Marcoussis . (voir l’article page 7&8 *)

 

Comme vous le voyez, nous sommes toujours déterminés
à défendre et faire avancer l’UFAR et le Rugby Loisir.

(*) Pour plus d’info, cliquer ici : Echos UFAR n° 0620

Optimized by Seraphinite Accelerator
Turns on site high speed to be attractive for people and search engines.